Conseils et Sécurité

  AVERTISSEMENT:

La pratique de la randonnée pédestre ou de la marche aquatique-longe côte, comporte des risques inhérents à ces activités. La plus grande prudence est donc recommandée. Malgré tout le soin accordé aux exactitudes de cette rubrique, ces informations ne pourront en aucun cas engager la responsabilité de son auteur ou du club.

Une randonnée pédestre se prépare à l’avance. Mettre un pied devant l’autre est parfois plus compliqué qu’il n’ y paraît. La pire chose qu’il peut vous arriver c’est de faire une balade qui peut vous dégoûter pour toujours de la randonnée.

C’est pourquoi vous devez préparer votre randonnée à l’avance. Bien étudier son parcours et vérifiez la météo.

Ne pas partir seul et aviser de votre itinéraire un tiers. Il faut connaître son niveau physique. Ne pas préjuger de ses forces. Démarrer la randonnée doucement surtout à la première montée.

L’état du terrain sablonneux, caillouteux, du dénivelé montant et descendant, d’un équipement ou matériel inadapté peut être dangereux.

Pensez à vous assurer.

La carte et la boussole: toujours avoir la carte IGN sur soi et la lire en permanence afin de s’orienter avec la boussole. N’hésitez pas à prendre des cours de lecture de cartes et d’orientation. La FFR en dispensent.

Le GPS: outil moderne et de grand confort si on sait s’en servir. Vous savez toujours où vous êtes positionné. Il reste un complément de la carte-boussole.

La tenue vestimentaire: de préférence des vêtements de couleurs vives surtout en période de chasse ou de battues. Anorak. Coupe-vent, pull et ne pas hésiter à enlever une laine avant d’être en « nage ». Le chapeau ou casquette, bonnet en hiver et gants. Couverture de survie, lampe torche. Lunettes de soleil. Petite trousses de secours pour les petits « bobo ».

Les bâtons: Bien régler ses bâtons, bien régler leur taille. Il faut à peu près avoir un angle d’environ 90 degrés au niveau de son coude. En fonction de si vous êtes en montée, bâtons devant soi pour tirer ou en descente bâtons devant soi pour s’appuyer et se retenir ou sur du plat, bâtons sur le côté en alternant devant ou derrière . Dans tous les cas  la longueur de vos bâtons sera différente. Par exemple, en montée elle sera plus courte, en descente elle sera plus longue et sur du plat elle sera entre les deux. Evitez d’avoir vos bâtons entre ses jambes, sinon risque de chutes.

Les dragonnes servent à soulager les mains et les avant-bras. On enfile la dragonne par le haut et on attrape le bâton. Dans ce cas-là, la dragonne est assez serrée. L’avantage est que l’on peut bien reposer son poignet sur la dragonne pour bien appuyer sur le bâton.
La dragonne un peu plus grande, un peu plus lâche. On enfile la dragonne par le bas et on vient englober la poignée du bâton de cette manière. Un peu moins confortable mais ça permet d’être un peu plus en sécurité si jamais on chute.

Les chaussures: le choix  et l’utilisation des chaussures sont importants: balade ou randonnée; trekking ou grande randonnée; montagne ou raid.

Pour une promenade en forêt, sur un chemin de hallage ou en bord de mer, une paire de chaussures de sport est suffisante. Pour une sortie sur la journée au parcours  accidenté  il est important de protéger les chevilles avec des chaussures montantes (dans la montagne par exemple) Idem si la promenade s’étend sur un weekend ou plusieurs jours.
La fatigue et le manque d’entraînement d’un randonneur occasionnel nécessitent d’utiliser des chaussures plus confortables et protégeant mieux le pied. La chaussure de randonnée classique est typiquement utilisée sur les marches de quelques jours, en moyenne montagne et par beau temps. C’est une chaussure montante qui protège la cheville et qui reste légère, imperméable. La semelle est crantée, souvent dans une matière non glissante. N’hésitez pas à être conseillé par un professionnel.

Le sac à dos: Il ne doit pas dépasser plus de 10% du poids de son corps.Le choix d’un sac à dos de randonnée dépend de plusieurs facteurs:

La durée de la randonnée envisagée ( à la journée, sur quelques jours ou plus). Les critères du choix sont variés tels que le poids du sac à dos et son confort, son aspect pratique et sa ventilation.

Le pique nique: Important pour se ressourcer pendant le milieu de la randonnée. Buvez de l’eau. La déshydratation peut facilement gâcher vos randonnées.

Condition physique: Allez chez son médecin pour l’aptitude à la randonnées. Se préparer par la course à pied ou autre sport. Assouplissements avant et après la marche….

Récupération:

– Une bonne réhydratation. Comme on ne s’hydrate pas suffisamment avant et pendant un effort, il est nécessaire de bien se réhydrater avec de l’eau surtout après l’effort.

– Les étirements. ils favorisent la récupération s’ils sont faits correctement  après l’effort.

– Les massages sont un très bon moyen de récupérer plus rapidement. Ils permettent de faire circuler le sang pour éliminer les toxines, de détendre et soulager les muscles.

– Un bain d’eau froide maxi 10 minutes. Permet de retendre la peau des pieds et à prévenir l’apparition d’ampoules.

– Un repos suffisant.

– Manger des féculents rapidement après l’effort, même si ce n’est pas un repas entier.

PETIT GLOSSAIRE:

 

BARTASSER: c’est sortir des sentiers battus et surtout passer au milieu des bartas,(broussailles, maquis plus ou moins épais) des buissons, des ronces… généralement on en sort tout égratigné…

CAIRN: monticule de pierres édifié en montagne  pour indiquer le passage ou sentier.

CLAPAS: lieu caillouteux.

balisages_de_randonnes

BORIE CAPITELLE CAPELETTE: construction en pierres sèches servant souvent d’abri.

LAVOGNE LAVAGNE: cuvette artificielle alimentée par les eaux de pluie. Mare pour les bêtes.

COMBE: profonde vallée.

CASTELLAS: vieux château en ruines.

SERRE: crête.

MENHIR: pierre plantée verticalement d’un seul bloc.

DRAILLE: chemin emprunté par les animaux en transhumance.

Randonnées et activités en montagne pendant l’été : les conseils de la DGCCRF

Randonnées pédestres, VTT, sports d’eau vive, via ferrata, escalade… Alors que les beaux jours reviennent, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) rappelle les principales règles à connaître en cas de sortie en montagne.

La DGCCRF revient sur les règles essentielles à suivre avant de partir en montagne : consulter le bulletin météo, vérifier son matériel (boisson, nourriture, vêtements chauds, trousse de secours, carte, boussole, altimètre, lampe de poche…), prévenir son entourage, ne pas partir seul, s’adapter aux conditions du moment, préférer un encadrement professionnel, connaître le balisage des sentiers, prendre son téléphone portable… La DGCCRF précise également ce qu’il faut savoir pendant une sortie de type :

  • randonnée pédestre (choisir des chemins balisés, ne pas surestimer ses capacités, rester localisable, être vigilant avec les enfants…) ;
  • VTT (équipement adéquat avec casque et gants notamment, état du vélo, trousse de réparation…) ;
  • sports en eaux vives (équipement de sécurité, surveillance du débit et du mouvement de l’eau…) ;
  • via ferrata ou escalade (bien connaître son niveau de pratique, être correctement équipé…).

Enfin, la DGCCRF détaille comment porter secours en cas d’accident : protéger la victime d’un autre danger (chute de pierres…), alerter les secours ou les faire prévenir en composant le 112 , pratiquer les gestes de secourisme adaptés…

 À savoiren randonnée pédestre, on peut partir sur une base de 3 à 4 km/h pour un dénivelé moyen de 300 mètres par heure.

MONTAGNE : Comment se comporter avec les chiens de protection

Le PATOU est un chien de protection , sa seule fonction est de dissuader tout intrus de s’approcher du troupeau (loup, chien errants …).
Le randonneur est un intrus, le patou va  donner l’alerte en aboyant et s’interposer entre le troupeau et vous. Si vous ne vous éloignez pas, le chien peut alors se montrer agressif et passer à l’attaque.

 

PETITS CONSEILS POUR TREK EN ITINERANT

TENUE DE DEPART: T shirt ou chemise ou pull. Polaire, veste, pantalon. Chapeau ou casquette Chaussures de marche. Bâtons de marche.

RECHANGE: Deux paires de chaussettes, un slip ou culotte, soutien gorge, 2 chemises ou t shirts, un pantalon ou short. Vêtement de nuit (pyjama) une paire de sandales légères.(330g)

Vêtement de pluie, cape, couvre sac, pantalon, petites guêtres.

TOILETTE: serviette, shampoing,-douche, une savonnette (toilette et lavage linge) épingles à linge + fil, brosse à dent, dentifrice, peigne, lingettes, mouchoirs papier, lime-coupe ongles, bouchons d’oreilles, crème solaire.

PHARMACIE: Compeed, pansements, anti-inflamatoires (aspirine,advil) médicaments personnels…

ACCESSOIRES: Sac à viande (couchage en soie)  et gourde. Téléphone, chargeur et une multiprise. Couteau,fourchette. Lunettes de soleil, lampe frontale, couverture de survie et un sac poubelle (pour emmener vos détritus) Carte IGN et Gps…

Papiers d’identité, permis de conduire, chéquier et carte bancaire. Argent liquide. Carte Sécurité Sociale et Mutuelle. Carte licence FFRP. A mettre dans des sacs congélation double zip pour l’humidité.

Et tout ça dans le sac à dos. Mettre un grand sac poubelle et placer ses affaires dans des sacs congélation. Cela évite d’être mouillé…ou trempé…

Peser bien votre sac avant de partir. La fatigue arrive vite avec un sac trop lourd. Eviter le superflu.

Après ça: BON TREK….

REGLEMENTATION – EQUIPEMENT MARCHE AQUATIQUE COTIERE OU LONGE COTE

Apparue en 2005 sur le littoral du nord de la France, la Marche Aquatique Côtière connaît un vif succès. Grâce à ses vertus, sa facilité d’accès, sa convivialité et sa ludicité, la Marche Aquatique Côtière ou longe côte se pratique désormais sur la majorité du littoral français.

La Marche Aquatique Côtière ou Longe Côte sont deux noms pour qualifier une même discipline : activité physique ou sportive qui consiste à marcher en milieu aquatique au bon niveau d’immersion, c’est-à-dire avec une hauteur d’eau optimale située entre le nombril et les aisselles (immersion minimum au-dessus de la taille) avec et sans pagaie. A l’origine méthode de musculation avec pagaie conçue pour l’entrainement des rameurs, la Marche Aquatique Côtière est aujourd ’ hui un sport-santé et de bien-être accessible à tous.

Il convient pour les pratiquants comme pour les animateurs de Marche Aquatique Côtière de respecter les réglementations spécifiques des Aires Marines Protégés. Il s’agit d’espace délimité, clairement défini et qui répond à un objectif de protection de la nature à long-terme non exclusif d’un développement économique maîtrisé et pour lequel des mesures de gestion sont définies et mises en œuvre. Sont concernés : parc naturel marin, parc national ayant une partie maritime, réserve naturelle, site Natura 2000 ayant une partie maritime, partie maritime du domaine relevant du Conservatoire du Littoral, arrêté de protection de biotope qui vise à la conservation de l’habitat d’espèces protégées. L’accès aux espaces et aux sites de pratique de la Marche Aquatique Côtière est également à prendre en considération.

Le port de vêtements en néoprène est conseillé : combinaison, shorty, gants, bonnet… (pour limiter le risque d’hypothermie). Ils devront être adaptés à l’état de la mer, à la configuration du lieu de pratique, à la température de l’eau et aux conditions météorologiques (risque d’hyperthermie). Ces équipements n’interviennent pas dans le processus de déplacement. Ils servent à se protéger du froid et à améliorer la flottaison en cas de nécessité accidentelle.

Le port de chaussons aquatiques (par exemple bottillon plongée semelles épaisses) ou chaussures est obligatoire. Ils permettent de limiter le risque de blessure aux pieds (coquillages, pierres, objets coupants…) Dans le cas de port de lunettes, une fixation adaptée est impérative.

Le port de bijou est déconseillé.

En complément de l’équipement nécessaire à l’activité, l’animateur dispose du matériel nécessaire pour assurer la sécurité des pratiquants : moyens d’alerte adaptés (téléphone portable, VHF…) permettant d’appeler les secours en cas de nécessité, un sifflet afin de pouvoir communiquer avec les autres encadrants et d’une bouée tube (pour favoriser la sortie de l’eau en cas de besoin) et une trousse permettant de porter les premiers secours (la trousse n’est pas obligatoirement dans l’eau mais doit être accessible rapidement).

Bonne marche….aquatique